Actualites

Toutes les Actualités de l'OVLGC
1 novembre 2022La plaquette ci-dessus décrit le programme global de la semaine de la laïcité 2022. Vous êtes invités à participer au maximum d’évènements. En ce qui le concerne, en partenariat avec les Familles Laïques du Pays des Achards, l’Observatoire Vendéen de la Laïcité Georges Clemenceau vous propose plusieurs évènements à l’Espace culturel George Sand des Achards.                  Le 06 décembre 2022, de 09 h 30 à 17 h 00 Nom de l’événement : Formation Valeurs de la République et Laïcité L’ambition de la formation assurée par l’Observatoire Vendéen de la Laïcité Georges Clemenceau est d’adresser à tous un discours clair et sans équivoque sur ce qu’est la laïcité et ce qu’elle n’est pas, et sur le lien fort entre ce principe et les valeurs de la République. A l’issue de la formation, les participants seront en capacité d’adopter un positionnement adapté à leur situation professionnelle et au statut de leur structure employeuse. Gratuite et sur inscription.              Le 06 décembre 2022, à 20 h 00 Nom de l’événement : L’école de la République Agrégé et docteur en histoire, Benoît Falaize est actuellement enseignant à l’Institut d’éducation de l’ESPE de Versailles, au sein de l’Université de Cergy-Pontoise. Spécialiste des questions d’éducation civique et de citoyenneté, de l’enseignement de l’histoire,  chercheur, Benoit Falaize a été nommé inspecteur général par le Conseil des ministres du 30 mars 2017. Il parlera de l’école publique et échangera avec les participants. Gratuite et sur inscription.            Le 08 décembre 2022, de 14 h 00 à 16 h 00 Nom de l’événement : Angle d’approche La compagnie Universalisapo propose un spectacle interactif sur le harcèlement scolaire, sujet plus vaste, plus complexe, …mais aussi plus délicat qu’il n’y paraît. Favorisant en premier lieu la prise de conscience des victimes, agresseurs, témoins, confidents, parents et adultes de proximité, ce théâtre forum sera suivi d’un échange entre le public, l’équipe artistique et les différents partenaires du projet. Gratuit et sur inscription, en présence des élèves de 3 ème du collège Jacques Laurent.   Par ailleurs, l’OVLGC remettra son rapport public 2018/2021 au Préfet de la Vendée le 9 décembre à 10h 15.   Pour vous inscrire à un, deux ou aux trois évènements, cliquez sur n’importe quelle affiche ci-dessous.     [...] Lire la suite…
1 novembre 2022Nous avons la grande tristesse d’annoncer le décès, le 30 octobre dernier, de notre ami Patrice Rolland, membre du Conseil scientifique de la Vigie de la laïcité. Il était âgé de 76 ans. Patrice Rolland était un juriste éminent. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, docteur en droit pour une thèse sur Liberté morale et ordre public soutenue à l’Université Paris II en 1976, il avait obtenu l’agrégation de droit public en 1983. Sa carrière, d’abord comme maître de conférences puis comme professeur, le conduira à l’Université de Rouen, à l’Université de Paris XII, à l’Université enfin de Paris-Créteil où il était encore, la retraite venue, professeur émérite. Son œuvre, particulièrement dense, comporte des publications nombreuses sur la question des libertés publiques à laquelle il a consacré des ouvrages qui ont fait date comme La protection internationale des droits de l’homme et La protection des libertés en France, et des notes de jurisprudence, toujours lumineuses, sur les décisions de justice françaises et européennes, notamment sur la liberté d’expression. L’histoire des idées politiques en France, de la Révolution à nos jours, lui a fourni un deuxième terrain d’enquête. Sa réflexion, qu’on retrouvera dans des revues comme Mil Neuf Cent ou la Revue Française d’histoire des Idées Politiques dont il était un contributeur régulier, l’a porté à questionner le destin du libéralisme en s’arrêtant sur le parcours intellectuel de ses défenseurs comme Benjamin Constant, Germaine de Staël ou Édouard de Laboulaye mais aussi de ses critiques comme Robespierre ou Saint Just (dont il a analysé les positions dans un ouvrage récent Un débat sous la terreur : le politique dans la République) mais aussi de Georges Sorel. Il a été également l’un des grands analystes de l’idée européenne dont il a présenté l’histoire à travers les textes qui, depuis le XVIIe siècle déjà avec Sully jusqu’à Schuman et Monnet après la Seconde Guerre mondiale en passant par Proudhon au XIXe siècle, se sont efforcés de lui donner forme. La visée première de notre ami était de penser ce qu’il appelait la « condition politique », qui en effet pose problème depuis la sortie de l’âge de l’hétéronomie : comment faire vivre ensemble des individus égaux et différents dans un monde que ne régule plus la norme divine ? C’est ici qu’intervient sa forte réflexion sur la laïcité. Il laisse des textes d’analyse sur ses origines intellectuelles : on retiendra ses travaux récents sur Clermont-Tonnerre au début de la Révolution française, sur les Idéologues à la fin de la décennie révolutionnaire, sur les juristes catholiques libéraux de même comme Raymond Saleilles au tournant du XIXe et du XXe siècle.  Mais Patrice Rolland s’est attaché aussi à en analyser les principes juridiques. Il proposait en particulier une lecture libérale de la loi du 9 décembre 1905, en rappelant sa dette essentielle à l’égard du principe de liberté de conscience, dont il s’inquiétait d’ailleurs de l’oubli contemporain. C’est un grand savant que nous perdons, mais un ami aussi dont la délicatesse, l’élégance et l’extrême humanité nous manquent déjà. [...] Lire la suite…
31 octobre 2022Dans cette affaire, l’OVLGC n’a pas volontairement ajouté au tintamarre ambiant mais a dénoncé plusieurs fois l’activisme du maire des Sables d’Olonne et empêché la glorification d’une illégalité par des militaires parachutistes. Guy Batiot, élu écologiste de La Roche sur Yon, s’est prononcé sur cette question et a bénéficié d’un article de Ouest-France le 29 octobre 2022. Vous trouverez ci-dessous les deux textes. Il est clair que l’Observatoire, confiant dans les suites judiciaires, partage largement les propos de l’élu local.     Derrière la statue ! La Laïcité   Saisie par la municipalité des Sables-d’Olonne, la cour d’appel de Nantes a confirmé en septembre que, conformément à la loi, la statue de Saint Michel devra être retirée du parvis de l’église du même nom. Depuis les réactions se succèdent.   Un an après de l’assassinat de Samuel Paty, que devient notre vivre-ensemble proclamé ? Fou qui veut vivre dans un monde sans l’Autre ! L’ennemi est l’égoïsme, non la différence. Ensemble à l’école, dans l’espace public, au travail, avec « l’étranger » … : sans discrimination, faisons vivre la laïcité, cette idée centenaire, si moderne et si nécessaire aujourd’hui. La laïcité n’est pas une opinion, mais le droit reconnu et protégé d’en avoir une. C’est, entre autres, la possibilité de croire ou de ne pas croire.   La loi de 1905, séparant les Eglises et l’Etat, datant du début du XXe siècle, est un élément législatif majeur, elle fonda la laïcité devenue un de nos principes constitutionnels. Cette loi, libérale pour les croyants car garantissant leurs pratiques et leur foi, posait aussi des limites claires à la présence du religieux dans le domaine public, la vie sociale et politique. Elle posait la souveraineté de l’état à travers la Justice en donnant les moyens de son respect. Elle fut l’objet d’âpres négociations et sa mise en œuvre compliquée. Mais elle s’imposa et constitue depuis un socle républicain de référence pour tout défenseur de la République. En cela, tout citoyen-ne, toute association peut demander à la justice que la loi soit appliquée, ou même simplement de vérifier qu’elle l’est. Pour ce qui concerne cette statue des Sables d’Olonne, la réponse du tribunal est claire. Et donc la loi doit être appliquée ! Au-delà de cette situation, ne nous y trompons pas : il s’agit de la remise en cause d’une loi d’équilibre, républicaine car nous protégeant toutes et tous. Croyant-e-s ou non. Il n’est pas anodin de rejeter cette décision de justice. Les politiques et élus seraient bien avisés d’en mesurer les conséquences, avant de s’y opposer en appelant au « respect des valeurs » (lesquelles d’ailleurs ?) Par contre, les responsables politiques devraient sans cesse rappeler que la loi de 1905 impose le respect des lois de la République.   Batiot Guy Elu Ecologiste Ville et agglomération de la Roche sur Yon. [...] Lire la suite…
7 octobre 2022Lors de la réunion du collectif d’associations qui travaille sur la coordination des actions prévues dans le cadre de la semaine de la laïcité de décembre 2022, les participants ont décidé de lancer un appel que vous trouverez ci-après et que nous vous demandons de relayer le plus largement possible dans vos réseaux, auprès de vos relations etc.       « VENDÉE-LIBERTÉ-LAÏCITÉ » Depuis de nombreuses années des familles souhaitent pouvoir inscrire leurs enfants à l’école publique de La Rabatelière. Ces familles se heurtent, vous le savez, à un refus des autorités (municipalité, DASEN) d’ouvrir une école de la République dans la commune. Tous les prétextes sont avancés pour justifier ce refus (coût trop élevé, pas assez d’enfants, et puis il existe une école privée catholique) qu’allez-vous exiger de plus !!! Les familles qui veulent tout simplement inscrire leurs enfants à l’école publique doivent le faire dans d’autres communes !!! un circuit de transport scolaire a été mis en place !!! circuit qui allonge la journée des enfants dans son organisation actuelle et qui ne saurait qu’être un pis-aller !!! bien sûr les revendications des parents pour une amélioration du circuit ne sont pas entendues. RIEN NE DÉCOURAGE CES PARENTS Qui continuent d’exiger une scolarité de proximité pour les enfants. Parents qui demandent que leurs enfants construisent leur citoyenneté avec les enfants de leur commune. Cette situation bafoue les lois de la République et les droits des enfants Aujourd’hui ils ont besoin de notre aide ! De l’aide de toutes les organisations qui s’engagent pour que vive L’Ecole Publique. Les parents de La Rabatelière ne peuvent se battre et gagner seuls.     Une réunion est proposée à l’ensemble des destinataires de ce courrier pour qu’ensemble nous échangions sur cette situation, pour que nous co-construisions une aide efficace et solidaire aux parents de La Rabatelière. LE VENDREDI 14 OCTOBRE à 18H30 Au siège de la Ligue de l’enseignement : 41 rue Monge à La Roche-sur-Yon (la Ligue de l’enseignement peut servir de boîte aux lettres pour vos réponses)   Cette situation n’est pas, hélas, unique en Vendée, notre démarche collective ne peut l’ignorer !!! il y a urgence !!! Notre abandon ici ouvrirait la porte à d’autres tentations et tentatives d’élimination du service public sur le territoire. Comptant sur votre présence et votre engagement, La Laïcité, c’est tous les jours qu’il faut la défendre et la promouvoir ! En Vendée, nous avons la liberté grâce à la laïcité ! [...] Lire la suite…
7 octobre 2022« Femme, vie, liberté » Communiqué du 5 octobre 2022 Cher·e·s ami·e·s, Cher·e·s abonné·e·s à notre newsletter, En ce cinquième anniversaire du mouvement #MeeToo, alors que les femmes afghanes voient leur liberté d’aller et de venir drastiquement restreinte depuis plus d’un an sous le régime des Talibans, alors que l’on peut mourir actuellement en Iran parce qu’on est femme et que l’on ne porte pas son voile correctement, la Vigie de la Laïcité rappelle combien le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes et pour la liberté de se vêtir et d’exprimer ses convictions dans l’espace public doit être soutenu partout dans le monde. La laïcité associe solidement la défense de la liberté de conscience de chacune et chacun, pris individuellement, et le droit garanti à toutes et à tous de manifester ses choix personnels ou collectifs. Toutes les femmes, tant en Iran qu’en Afghanistan ou ailleurs, doivent être libres de s’habiller comme elles l’entendent, et notamment de ne pas porter ou de porter un signe religieux, tel que le voile. Car ce que défendent avec un courage hors du commun, les femmes d’Iran, comme d’Afghanistan, soutenues par leurs frères, fils, pères et conjoints, c’est bien leur liberté individuelle. Mais c’est aussi la liberté de tou.tes les Iranien.nes et de tous les Afghan.nes, du peuple tout entier, face à la persécution de la police du vêtement et de la pensée. A chacune et à chacun, là où nous sommes, d’être, avec toutes nos convictions, les porte-parole inlassables de l’inaliénable dignité et liberté de toutes les femmes et de tous les hommes, magnifiquement garanties par le principe de laïcité découlant directement de la philosophie des droits humains universellement proclamés. Ainsi, toutes et tous, faisons écho au slogan surgi de la rue iranienne : « Femme, vie, liberté » ! La Vigie de la Laïcité [...] Lire la suite…
6 octobre 2022La loi « séparatisme », quels enjeux, et quels dangers en matière de libertés individuelle et associative ? Newsletter de la Vigie de la Laïcité n°13 Cher·e·s ami·e·s, Cher·e·s abonné·e·s à notre newsletter,C’est avec grand plaisir que nous reprenons en cette rentrée scolaire notre veille autour de la laïcité et que nous en partageons les analyses que nous en tirons.Nous avons ainsi choisi cette fois-ci de vous présenter 4 points de vue sur les effets, en matière de restriction des libertés individuelles et associatives, de l’application de la loi « confortant les principes de la République » et ce, un an après sa promulgation, le 24 août 2021. Vous verrez qu’ils sont finalement assez convergents dans leurs conclusions, même si les angles choisis par leur-e-s auteur-e-s diffèrent quelque peu. Nous sommes aussi très heureux de vous annoncer la tenue du prochain événement de la Vigie de la Laïcité. Celui-ci se tiendra le samedi 26 novembre 2022 après-midi à la Mairie du XXe arrondissement de Paris. Cette journée exceptionnelle réunira la plupart des membres fondateurs de la Vigie de la Laïcité ainsi que des personnalités invitées. Nous y réfléchirons au devenir de la laïcité dans notre pays, à la lumière des inflexions récentes qui l’ont affectée. Une large place sera réservée au débat entre les intervenants et le public dans un souci de partage et d’intelligence démocratique. Ces échanges seront suivis par l’AGO de l’association des Amis de la Vigie de la Laïcité à laquelle tous ses membres à jour de leur cotisation pourront s’exprimer et voter. Vous pouvez adhérer en cliquant sur le lien en fin de mail. Pour ceux qui ont adhéré en 2021, merci de bien vouloir penser à renouveler votre adhésion pour 2022. Notre association ne recevant aucune subvention, ce qui est le gage de sa totale indépendance, nos actions ne peuvent se dérouler qu’avec votre soutien actif, pour lequel nous vous sommes infiniment reconnaissants… À DÉCOUVRIR L’État dicte sa loi aux collectivités et aux associations Un an après sa promulgation, la loi confortant le respect des principes de la République, dite loi « séparatisme », inquiète toujours autant au sein de la sphère locale et associative. L’occasion d’en tirer un premier bilan. Le politiste et membre de la Vigie de la Laïcité Philippe Portier nous donne son analyse dans une interview à la Gazette des communes.Lire la suite À DÉCOUVRIR Le contrat d’engagement républicain : Une atteinte à des libertés publiques fondamentales Parmi les dispositions de la loi du 24 août 2021 destinées à conforter le respect des principes de la République, l’une des plus discutées résulte de l’article 12 de la loi qui insère un article 10-1 dans la loi du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations et instaure l’obligation de respecter les obligations résultant de la souscription d’un « contrat d’engagement républicain ». L’avocat spécialiste des libertés publiques Jean-Michel Ducomte nous alerte sur les possibles dérives de son application.Lire la suite À DÉCOUVRIR La loi du 24 août 2021 ne respecte pas les principes de la République, multiplie les contraintes et accroît l’insécurité juridique La loi dite « confortant les principes de la République », appelée initialement « contre les séparatismes », bouscule les équilibres trouvés en 1905-1909 et porte atteinte aux principes de liberté et d’égalité entre les associations. Le pasteur Jean-Daniel Roque de la Fédération protestante de France, nous alerte sur les dérives possibles en matière de restriction des libertés de l’application de la loi sur les « séparatismes ».Lire la suite À DÉCOUVRIR Lutte contre les séparatismes et liberté d’association La loi « confortant les principes de la République », dite « loi séparatisme », a été promulguée il y a un an, le 24 août 2021. C’est l’une des plus importantes du précédent quinquennat. Serait-elle un des instruments d’une « guerre culturelle » à la française ? Elle risque en particulier de porter préjudice à la liberté d’association, composante fondamentale de la vie sociale, qui risque d’être fragilisée. Retrouvez l’analyse juridique de la professeure de droit public et membre de la Vigie de la Laïcité, Stéphanie Hennette-Vauchez.Lire la suite POUR ALLER PLUS LOIN Revue Droit et Religions Pour approfondir encore, nous vous recommandons la lecture du numéro spécial de la Revue Droit et Religions, consacré à la loi confortant le respect des principes de la Républiques. Le volume est téléchargeable gratuitement sur OpenEdition en cliquant sur le lien ci-dessous.Télécharger le numéro spécial Retrouvez toutes nos ressources sur notre nouveau site web Visiter le site [...] Lire la suite…
6 octobre 2022De quoi le burkini est-il le nom ? Newsletter de la Vigie de la Laïcité n°12 Cher·e·s ami·e·s, Cher·e·s abonné·e·s à notre newsletter,La question du port du burkini revient régulièrement dans le débat public.Durant l’été 2016, à la suite à l’adoption par certaines communes d’arrêtés anti-burkini sur les plages, le Conseil d’État a jugé que ces arrêtés portaient « une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle ». Cette instance a aussi souligné avec insistance qu’une restriction de l’accès aux plages ne pouvait être justifiée qu’en cas de « risques avérés » pour l’ordre public. La question a récemment rebondi avec la délibération adoptée le 16 mai dernier par le conseil municipal de la Ville de Grenoble invalidée par la décision du tribunal administratif de Grenoble le 25 mai suivant. En attendant l’avis que le Conseil d’État doit donner le 14 juin prochain suite au recours déposé par la Mairie de Grenoble, et pour clarifier les enjeux de ce nouveau débat, la Vigie de la laïcité a préparé un dossier à plusieurs voix mobilisant nos différentes compétences. À RELIRE Définition et retour sur les idées fausses en matière de port du burkini sur les plages et dans les piscines publiques, par Nicolas Cadène Le burkini est un maillot de bain couvrant le tronc ainsi qu’une grande partie des membres (généralement les bras jusqu’aux poignets et les jambes jusqu’aux chevilles) et de la tête (les cheveux et la nuque, mais pas le visage). Il a été commercialisé à destination de certaines femmes musulmanes. Qu’en est-il de son interdiction par la loi ?Lire la suite MIEUX COMPRENDRE La décision du Tribunal administratif de Grenoble du 25 mai 2022, par Stéphanie Hennette Vauchez L’ordonnance rendue le 25 mai 2022 est venue démentir l’avis de nombreux juristes qui tablaient sur l’annulation du recours formé par le préfet (encouragé par le ministre de l’Intérieur) contre le règlement grenoblois du 16 mai précédent. Il faut dire qu’il s’agit de la première utilisation du nouveau déféré créé par la loi du 24 août 2021 confortant les principes de la République…Lire la suite RÉFLÉCHIR Pourquoi le burkini est-il un objet social non identifié ? Sens et contresens du débat en cours, par Haouès Séniguer et Agnès De Féo La nouvelle polémique est symptomatique à la fois du contexte général d’extrême droitisation de la vie politique et des débats publics et de l’obsession de la visibilité de tout ce qui se rapporte, de près ou de loin, à l’islam. Nous avons donc entrepris depuis 2019 d’enquêter sur la question.Lire la suite QUELLE PÉDAGOGIE PEUT ÊTRE MISE EN ŒUVRE ? Un extrait de recherche-action menée en 2011 pour Grenoble Alpes Métropole par Dounia Bouzar A partir de situations concrètes, ce document partage des éléments de débat et des « bonnes pratiques » issues des professionnels de terrain. Ces derniers ont réfléchi aux étapes pédagogiques à mettre en place pour conduire des jeunes (et des moins jeunes) qui ont grandi dans des familles issues de culture de type clanique (milieu rural ou issu de l’immigration), au sein desquelles l’éducation reste encore très différenciée pour les garçons et pour les filles…Lire la suite À LIRE EN VERSION LONGUE La position de la Vigie de la laïcité, par Valentine Zuber (parue dans L’Humanité du 30 mai 2022) Face à l’énième débat politico-médiatique mettant en cause ce vêtement qu’est le burkini, la Vigie de la laïcité s’est interrogée sur la manière dont il fallait – ou non – intervenir dans le débat. Fidèle à sa mission d’expertise et d’éclairage de l’actualité en matière de mise en œuvre du principe de laïcité en France, elle voudrait simplement rappeler ceci…Lire la suite Burkini, suite… mais pas fin… Newsletter de la Vigie de la Laïcité n°12 bis Cher·e·s ami·e·s, Cher·e·s abonné·e·s à notre newsletter,La décision rendue ce 21 juin 2022 par le Conseil d’État dans l’affaire du burkini dans les piscines grenobloises est importante à plus d’un titre. D’abord et avant tout, parce qu’elle rappelle que le principe de laïcité ne s’oppose pas à la liberté religieuse ni n’impose aux personnes de s’abstenir de manifester leur religion dans la sphère publique -et, ici, lorsqu’elles fréquentent les services publics. Ensuite parce que, de manière qui laisse présager des difficultés futures d’application et d’interprétation, le Conseil confirme que le règlement de la municipalité grenobloise attaqué porte atteinte aux principes de laïcité et de neutralité. Il n’en reste pas moins que la solution ainsi forgée par le Conseil d’État expose assurément à de nombreux futurs contentieux, dès lors qu’elle revient en fait à ouvrir la voie à la contestation de nombreux actes au motif qu’ils auraient en fait été pris pour satisfaire telle ou telle revendication spécifique… À LIRE L’analyse juridique de Stéphanie Hennette Vauchez Lire la suite Retrouvez toutes nos ressources sur notre nouveau site web Visiter le site [...] Lire la suite…